Les composantes

Equipe GEMBAS

http://www.icbms.fr/

 

 

 

Directeur : Pr Olivier PIVA

Equipe Génie enzymatique, Membranes Biomimétiques et Assemblages Supramoléculaires (dirigée par le Pr Loïc Blum)

http://www.icbms.fr/gembas

Mots clés: Lipase, phospholipase, enzymologie interfaciale, membranes biomimétiques, vésicules lipidiques fonctionnalisées, vécteurs lipidiques

Coordonnées du responsable

Professeur Loïc J. BLUM

Bâtiment Lederer / F-69622 VILLEURBANNE Cedex / France

TEL : direct + (33) 472 43 13 97 / secret. + (33) 472 44 82 62 / mobile + (33) 675 34 85 21

E-mail : loic.blum@univ-lyon1.fr

Modèles d’études / compétences techniques

Monocouches de Langmuir, Langmuir-Blodgett techniques, Liposomes Microscopie à l’angle de Brewster (BAM), Microscopie d’Epifluorescence, Spectroscopie de fluorescence, SPRi, AFM

Présentation « scientifique » de l’équipe

  • Le développement de modèles expérimentaux de la membrane biologique et conception de biopuces à membranes. Avec plus de 60% de récepteurs membranaires comme cibles thérapeutiques, l’étude des interactions moléculaires au niveau des membranes biologiques est un enjeu capital pour le développement et le criblage de nouvelles molécules médicamenteuses. Les modèles lipidiques membranaires, tels que les monocouches et les bicouches suspendues développées dans l’équipe, permettent d’analyser les capacités d’interaction de biomolécules avec les membranes.  Représentant respectivement un demi- ou un double feuillet membranaire, ces membranes permettent d’étudier les interactions protéine/lipide dans le cadre de la compréhension des relations structure/fonction des membranes biologiques, et de façon plus générale, les interactions avec des molécules membranotropes telles que des principes actifs, des toxines, des sondes membranaires, des vecteurs lipidiques, des hormones lipophiles…. Ces modèles sont aussi adaptés à la réinsertion de protéines membranaires intégrales et au développement de biopuces, qui, couplés à la technique d’imagerie par SPRi, représentent des outils analytiques pour le criblage de nouveaux antagonistes ou de molécules thérapeutiques à visée membranaire.
  • Le développement de nouveaux vecteurs lipidiques pour la délivrance ciblée de principes actifs. Bien que le nombre d'études sur les systèmes d'administration des médicaments ait augmenté de façon exponentielle ces dernières années, il manque une approche systématique pour comprendre les interactions entre les vecteurs et les membranes biologiques afin d’améliorer leur capacité de transport au travers des membranes. Cet axe de recherche original a pour but de concevoir des vecteurs ayant des capacités augmentées de délivrance. La direction proposée est de favoriser les phénomènes de fusion membranaire par rapport à l’endocytose en concevant des vecteurs dont la fluidité membranaire se rapproche de celle de la cellule cible. En effet, certains dérèglements pathologiques, comme le cancer par exemple, sont à l’origine des modifications de la fluidité et de l’organisation des membranes biologiques.
  • Mécanismes moléculaires et interfaciaux des lipases et phospholipases. Cette thématique de recherche développée s’inscrit dans le cadre général des mécanismes moléculaires et interfaciaux des lipases et phospholipases. En effet, ces enzymes lipolytiques catalysent une réaction hétérogène : le substrat (hydrophobe) et ces enzymes (hydrophiles) sont dans deux phases distinctes, la réaction est catalysée à l’interface. Longtemps considéré comme marginal, ce type de catalyse pourrait être prépondérant dans les cellules vivantes, notamment au niveau des membranes cellulaires et des gouttelettes lipidiques du tissu adipeux. La compréhension de la spécificité d’action des lipases et phospholipases, la modulation de leur spécificité et de leurs mécanismes d’action est un enjeu important pour le développement d’outils thérapeutiques et diagnostiques médicaux (obésité, diabète de type 2, athérosclérose ou cancer), et biotechnologiques (biofaçonnement des huiles et corps gras).
  • La phospholipase D comme cible thérapeutique. La phospholipase D (PLD) est une protéine membranaire très conservée au cours de l’évolution, qui catalyse l’hydrolyse de son substrat préférentiel, la phosphatidylcholine (PC), pour générer de la choline et de l’acide phosphatidique (PA). La PLD régule de nombreux processus biologiques fondamentaux au sein de la cellule, entre autres, la prolifération, la différenciation, et la survie cellulaire, l’apoptose, la migration et le trafic intracellulaire de protéines et de vésicules, l’endocytose, l’exocytose et également la réorganisation du cytosquelette. Les changements d’activité de la PLD ainsi que les variations de concentrations de produits catalysés par la PLD sont à l’origine de plusieurs types de maladies neurologiques, métaboliques ainsi que plusieurs aspects de l’oncogenèse, comme la progression tumorale, la dissémination métastatique ou la résistance aux thérapies ciblées comme celle utilisant la rapamycine. Nos objectifs sont de comprendre le fonctionnement de la PLD, son action selon les conditions physiologiques et pathologiques ainsi que la recherche des inhibiteurs pour le traitement des plusieurs maladies.

Contacts

Abdelkarim ABOUSALHAM, abousalham@univ-lyon1.fr

Agnès Girard-Egrot, agnes.girard-egrot@univ-lyon1.fr

Ofelia Maniti, ofelia.maniti@univ-lyon1.fr

Loïc Blum, loic.blum@univ-lyon1.fr