Les composantes

UMR 7282 CNRS - Aix-Marseille Université

Laboratoire Enzymologie Interfaciale et de Physiologie de la Lipolyse

(CNRS UMR 7282) 
http://eipl.cnrs-mrs.fr/

L’EIPL est une unité de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique, implantée sur le campus Joseph Aiguier à Marseille. Elle est conventionnée avec les Universités de Provence et de la Méditerranée, et est une des composantes de l’Institut de Microbiologie de la Méditerranée (IMM). Au niveau national, l’EIPL est associée à d’autres laboratoires menant des travaux de recherches sur les lipides dans le cadre de l’Institut Multidisciplinaire de Biochimie des Lipides (GIS IMBL).

Les activités de recherche de l’EIPL sont toutes centrées sur les enzymes lipolytiques : les lipases, impliquées par exemple dans la digestion des graisses alimentaires et les phospholipases, impliquées entre autre dans la modification des membranes biologiques. La particularité de l’EIPL est de s’intéresser à ces enzymes depuis leurs aspects moléculaires jusqu’à leurs rôles physiologiques chez l’homme, les plantes et les microorganismes. Les enzymes lipolytiques étudiés à l’EIPL sont tous étroitement liés à des fonctions physiologiques importantes (digestion, métabolisme des lipoprotéines, lipolyse dans le tissue adipeux, captation de sources de carbone et virulence chez les microorganismes) et à des pathologies majeures (obésité, insuffisance pancréatique, athérosclérose, diabète de type II, tuberculose). Cette spécificité de l’EIPL lui vaut de nombreuses collaborations avec l’industrie pharmaceutique. Cette attractivité est renforcée par l’association au sein du laboratoire de biochimistes et de médecins pouvant réaliser des études cliniques chez l’homme sain et le malade (inhibiteurs de lipase pour le traitement de l’obésité ; nouvelles lipases pour l’enzymothérapie de substitution chez les patients insuffisants pancréatiques).

Philosophie et thématiques générales de l'unité

L’EIPL est avant tout un laboratoire de biochimistes et d’enzymologistes qui étudient comment sont constitués au niveau moléculaire et comment fonctionnent les enzymes. L’enzymologie abordée à l’EIPL est cependant particulière car les enzymes lipolytiques agissent en milieu hétérogène sur des substrats agrégés (interface entre l’huile et l’eau, émulsions, bicouches lipidiques,…) et les approches de la cinétique enzymatique conventionnelle ne sont plus applicables. L’EIPL a développé des modèles cinétiques et des méthodes d’investigation spécifiques pour étudier les enzymes opérants aux interfaces. Le développement d'une « enzymologie interfaciale » revêt un intérêt général pour toutes les sciences biologiques car in vivo, ou dans de nombreux procédés industriels, la plupart des réactions enzymatiques ne se déroulent pas en milieu homogène mais au contraire au niveau de membranes biologiques, de supports et de substrats solides. Les chercheurs de l’EIPL ont une approche pluridisciplinaire : biologie moléculaire, microbiologie, culture cellulaire, biochimie pour la production et la purification d’enzymes lipolytiques naturels ou issus du génie génétique ; physico-chimie des interfaces pour la caractérisation et la maîtrise des substrats ; chimie analytique des lipides et de leur produits de dégradation ; chimie de synthèse de substrats spécifiques et d’inhibiteurs (collaboration avec l’Ecole Centrale Marseille); étude des interactions lipides-protéines par diverses techniques (films monomoléculaires, spectroscopie) ; études structurales via des collaborations internes à l’IMM (BIP) ou externes (AFMB) ; étude des enzymes lipolytiques dans leur contexte naturel : études cliniques chez l’homme sain et le malade, cultures de microorganismes « lipolytiques ». Les chercheurs de l’EIPL utilisent la biodiversité des enzymes lipolytiques, qu’ils soient d’origines microbienne, animale ou végétale, mais aussi les similitudes observées entre ces différents règnes, pour mieux comprendre le mode d’action de ces enzymes, les relations entre leur structure et leur spécificité de substrat, et les fonctions physiologiques dans lesquelles ils sont impliqués. Par ces travaux, l’EIPL perpétue une activité de recherche liée à la ville de Marseille depuis plus de 60 ans et qui trouve son origine dans l’industrie des corps gras et la volonté d’associer le développement de la biochimie à cette activité économique.